Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2017  »»
««  Septembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 17 septembre - 24ème dimanche ordinaire : La surabondance du pardon

Dimanche 17 septembre - 24ème dimanche ordinaire : La surabondance du pardon

« Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? (Mt 18, 21) » La question que Pierre pose dans l’Evangile de ce dimanche fait suite aux recommandations de Jésus que nous avons méditées dimanche dernier : « Si ton frère a commis un péché contre toi, va lui faire des reproches seul à seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. S’il ne t’écoute pas, prends en plus avec toi une ou deux personnes afin que toute l’affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins » (Mt 18, 15-17). Trois démarches proposées par Jésus. Et logiquement, Pierre s’interroge : si la triple initiative échoue, que faire ? En homme de bien, il fait une belle proposition à Jésus : « combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? ». La proposition est généreuse, car selon la symbolique biblique, sept est le chiffre de la perfection terrestre. « Jusqu’à sept fois » revient à dire : « Toujours et parfaitement ». Au demeurant, le chiffre « 7 » parlait au Juif qu’est Pierre :« Si quelqu’un tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois. », avait dit Dieu dans les temps anciens (Ex 4, 15), montrant Sa miséricorde à Caïn le pécheur.

Pourtant, le Christ fait exploser les plafonds. Il pulvérise toute idée de vengeance, il rejette même avec force toute forme de comptabilité dans le pardon : « soixante-dix fois sept fois » (Mt 18, 22). Le pardon, le pardon, toujours le pardon. Inlassablement. Et si nous avons tant de difficulté à mettre en œuvre cette surabondance du pardon dans nos vies blessées, nous sommes pourtant bénéficiaires de cette surabondance dans le pardon que Dieu nous donne. Imagine-t-on qu’à la huitième, la centième ou la dix millième fois que je confesse un péché d’habitude, Dieu me réponde, par la bouche du prêtre : « c’est fini, je ne te pardonne plus » ? Ne sais-je pas, n’ai-je pas expérimenté que encore et toujours, chute après chute, Dieu me fait confiance et me relève ?

Alors, pour suivre Jésus qui nous invite à cette surabondance de pardon, demandons-Lui de convertir nos cœurs : nous aussi, dans le concret de nos vies, nous sommes invités à pardonner. Sans limite, mais pas sans aide : la Sienne.

Père Emmanuel Tois