Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Adresses | Plan du site |
Paroisse
Notre-Dame du Rosaire
194, rue Raymond Losserand
75014 PARIS
Tél : 01 45 43 13 16
Dans la même rubrique

Agenda

««  2018  »»
««  Août  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Le mot du curé « Dimanche 12 novembre - 32ème dimanche ordinaire : Trois cyclistes...

Dimanche 12 novembre - 32ème dimanche ordinaire : Trois cyclistes...

Trois cyclistes, et je suis l’un d’eux. Boulevard saint-Michel, en direction de Denfert-Rochereau, j’en entends un deuxième interpeller une piétonne : « Madame, c’est très dangereux ce que vous faîtes. Vous traversez en dehors des passages protégés, j’ai failli vous percuter ». « Il est gonflé », me dis-je quelques secondes après, le voyant brûler un feu rouge.

Je le retrouve à Port royal, contraint de s’arrêter au feu rouge compte tenu de la densité de la circulation. Et là j’écoute, ébahi :

 « Etes-vous croyant ? », lance le troisième cycliste, que je n’avais pas encore remarqué.
 « Non, pourquoi ? »
 « Parce que si vous l’aviez été, je vous aurais bien rappelé l’histoire où Jésus reproche à quelqu’un de vouloir enlever la paille de l’œil d’un autre, quand lui-même a une poutre dans son propre œil »
 Pff … »

Feu vert, tout le monde redémarre. Arrivé à Alésia (depuis qu’on lui rapporté les paroles de Jésus, le cycliste téméraire n’a plus grillé un seul feu rouge) il me dit, m’ayant reconnu :

 Il est parti, l’autre ?
 Oui, il a tourné à Denfert.
 Et vous, vous êtes croyant ?
 Oui. Je suis prêtre.
 Tout à l’heure, je lui ai menti. J’entre chaque jour prier dans une église. Mais tout à l’heure, je n’ai pas pu rester, car il y avait un enterrement. Je ne sais pas qui était mort, mais les gens avaient l’air vraiment mal. Vous prierez pour eux ?
 Promis, et pour la personne défunte aussi.
 Merci. Au revoir, m’sieur l ’prêtre.

Père Emmanuel TOIS